mardi 3 avril 2018

Tranches de vie... ( 25 )



Et voilà la suite... enfin...
Bonne lecture et bonne semaine à vous !!
Le PROJET de Joseph, objet d'une passion…
Joseph avait commencé à réaliser quelques miniatures de maisons et de maquettes de bâtiments qu’il copiait de livres de bibliothèque prêtés par son ex-instituteur, qu’il transformait en plans à sa manière et qu’il convertissait ensuite en pièces découpées, fignolées et parfaitement adaptables pour former des quartiers de village… mais ce qu’il voulait faire c’était reconstituer un tableau de bâtisses qui référeraient à la vie de celui qu’il vénérait de tout son cœur, Jésus de Nazareth…
Cela lui était venu à force de fréquenter le bon curé du village qui l’avait pris sous sa coupe en l’introduisant dans la pratique de la lecture de la Bible et surtout de la connaissance de la base de toute religion : le catéchisme. De plus Joseph avait repris à son compte la « sonnerie journalière » des cloches, de l’Angélus en particulier. Trois fois par jour il allait sur la colline et mettait en route les cloches qui remplissaient le village de leur musique, même l’usine se taisait quand elles sonnaient. Il sonnait aussi les cloches pour le glas, les enterrements et bien sûr les mariages. Tous les jours, en fin d’après-midi il allait accompagner le curé durant la lecture de son « bréviaire » et à force ils le priaient à deux… Joseph fût dès lors surnommé le « chantre »…
Il s’occupait avec un de ses amis de former les servants de messe et lui en plus, animait les répétitions du chœur des « petits » qui de leurs voix d’enfants répondait à la « grande chorale » les dimanches et les jours de fête. Au mois de mai, le mois de Marie, tous les soirs il était présent pendant les « rosaires » c’est là que les enfants priaient le chapelet et les adultes se retrouvaient ensemble… Joseph était là aussi pendant les vêpres le dimanche en fin d’après-midi… enfin une vie de saint !
Ah, je n’ai jamais connu Joseph, mais j’imagine ce qui se passait dans sa tête. Il y a des jours où cela devait bouillir, non seulement parce-que les idées germaient mais parce qu’il avait tellement de choses à réaliser qu’il ne savait plus où débuter… Je ne saurai dire, mais à voir ses maquettes de maisons et de palais royaux, impériaux même, ce temple…, par lequel il a certainement commencé son travail créatif, il n’y avait pas de doute il était inspiré.
J’imagine Joseph lors de sa prière du matin, demander à Dieu et aussi à la mère de Jésus, qu’il vénérait, de lui donner force et courage à l’ouvrage pour chaque journée. Sa vie avec Louise était plus que minutée, ordonnée, en fonction des services religieux, des besoins de la paroisse et de l’emploi du temps et du travail de Joseph. Ce dernier s’était rapproché spirituellement de son curé, de ses curés successifs, et il en était même à les accompagner durant leurs lectures journalières du « bréviaire », le livret des officiants religieux… Il s’était au fil du temps habitué à leur donner la réplique lors des moments de prières, de récit des Psaumes et du chant de cantiques. En fait Joseph était vraiment ce « chantre » au service de toutes et tous en ce qui concernait la vie du village, son métier passait souvent au second plan, du moins je le suppose, car vu sa constitution frêle et cagneuse, il était certes résistant mais…




Joseph et Louise

2 commentaires: