mardi 30 janvier 2018

Tranches de vie...(13)

Bon mardi et bonne lecture !

La maman de Joseph était une femme d'une bonté remarquable et était au service de tout le monde. Il est vrai qu'elle avait la foi et pratiquait vraiment la religion catholique et ce dans tous ses rites et rituels. Elle s'occupait des « filles de Marie », reconnaissables au petit ruban bleu épinglé à leurs vestes, manteaux du dimanche, quand elles assistaient aux messes, aux vêpres, aux prières du soir et toutes les activités religieuses desquelles elle s'attachait à faire partie. Elle chantait aussi à la chorale et Joseph l'accompagnait souvent aux répétitions et s'asseyait, avec grande ferveur et plaisir, sur la chaise prieur à côté d'elle. Il écoutait avec attention et quand il retrouvait son harmonium, il rejouait à l'oreille les chants entendus. Son chant préféré était le chant : "Grosser Gott wir loben dich !"...Grand Dieu nous te bénissons…, qui était le chant de toutes les grandes fêtes et que la chorale travaillait à quatre voix, ce chant clôturait aussi les cérémonies de la Fête-Dieu.(une véritable fête avec ses traditions dont nous reparlerons...). Il faut dire que, comme c'est aussi une partie de ma vie à moi dont je parle, que cette tradition, cette pratique, s'est transmise d'âge en âge et que ma maman en a elle aussi hérité...
La maman de Joseph donnait une grande partie de son temps à visiter les personnes malades, les anciens couples et anciens veufs et veuves du village pour leur apporter le réconfort et les accompagner dans quelques moments de leur vies souvent difficiles et solitaires.
Souvent, quand Joseph rentrait de l'école des garçons, il allait directement dans l'atelier, la remise disait-on aussi, et s'affairait à travailler le bois. Son papa rapportait souvent des restes de caisses, du bois fin en plaques et quelques planches que son chef à l'usine l'autorisait à emmener. Ce dernier demandait bien sûr compensation et le papa de Joseph rendait service. Il assurait certains travaux de réparation de vitrages et d'entretien de menuiseries dans les appartements huppés de son chef direct.
Ainsi allait la vie, et, Joseph avait en tête de réaliser un grand projet, mais n'en soufflait mot à personne. Dans sa tête cela prenait forme de jour en jour...
Cette période de l'histoire de la Moselle et de l'Alsace reste toutefois une période culturelle décisive dans les caractères des gens et des familles qui y vivent et participent de l'héritage germanique encore sensible aujourd'hui, plus d'un siècle plus tard. Depuis les années 1870/71, la fin du règne de Napoléon III, l'annexion à l'Allemagne était une charge, plutôt qu'un état des choses, mais les enfants nés dans cette période étaient allemands, vivaient en Allemagne et allaient à l'école allemande, en fait, bien que anciennement enclavés dans la France, les alsaciens - mosellans  n'étaient plus français, enfin plus entièrement.

l'usine... photo empruntée sur le site "Bitcherland"... ( merci ;) )
.../...

2 commentaires:

  1. Mais que germe-t-il dans la tête de Joseph ???

    RépondreSupprimer
  2. Quel est donc le projet de Joseph ? Peut-être allons-nous le savoir très bientôt... :-)

    RépondreSupprimer