vendredi 18 janvier 2019

Tranches de vie... ( 34 )

Allez, première 2019 ...
Petit rappel : pour lire l'ensemble des notes de Tranche de vie et ce dans l'ordre, clic sur le libellé "Tranches de vie" dans la colonne de droite ;-)


Aloyse et Marie-Antoinette se marièrent donc dans le village cristallier en juin 1952, comme on s'en doute, ce fut une sacrée fête, une fête de village, pendant laquelle rien n'était omis, l'enterrement de la vie de garçon, la « décoration » des maisons des époux, le chemin de foin, répandu de l'une à l'autre, la sérénade des conscrits et bien d'autres choses que beaucoup ont connues mais qui ne se pratiquent plus depuis fort longtemps. Après le mariage civil, le mariage religieux dans la bonne tradition catholique, la préparation au mariage par le curé, etc... En sortant de l'église, le jour des vœux de fidélité, la promesse du bonheur de toute une vie, les alliances, la famille et les amis organisaient le cortège dans le village, celui – ci était structuré et chacun y trouvait sa place. 
Pour aller à l'église ce sont les parents qui conduisaient la future mariée ( ce jour là c'est Pierre le frère aîné de maman qui tint le rôle...) et le futur marié, comme cela se pratique encore aujourd'hui. 
A la sortie, une fois mariés, les époux menaient le cortège, je n'ai jamais su si ma maman, fervente des mariages royaux, avait ou non porté une traîne pour sa robe de mariée ou si cette dernière, certainement confectionnée par maman Louise était toute simple.. ? 
Voilà un peu comment j'imagine, après avoir vécu cela plus souvent dans ma jeunesse et ma petite enfance, ce mariage d'un jeune musicien, tailleur de cristaux fils de Rosalie et Pierre et de sa femme, fille du village et catholique, fille du chantre Joseph et de Louise, qui allaient devenir mes parents.
Le cortège traversait une grande partie du village et ne passait pas inaperçu, la moitié des villageois le regardait défiler par la fenêtre et souvent applaudissait à son passage.
A la maison les tantes et amies des parents préparaient des plats, pour le coup je ne sais où s'est passé le repas, mais c'était certainement au « cercle » à côté du bistrot du village, et tous ces plats seront partagés longuement accompagnés de vins et dans l'ambiance des chants du jour.


Bonne fin de semaine....

4 commentaires:

  1. Dans le village de mon père, après la cérémonie, il était de mise de payer à boire dans le café du haut aux amis et curieux qui étaient venus, puis, après le repas familial c'est au café du bas que tous se retrouvaient pour le digestif et le petit bal car des deux cafés du village, c'était celui du bas qui avait la piste, le "parquet" comme on l'appelait. Je n'ai pas assisté à celui de mes parents, mais à ceux des cousins qui ont gardé cette tradition pendant très longtemps.

    RépondreSupprimer
  2. Un joli pan de l'histoire de tes parents. :-)
    Merci pour ce récit, Doume.
    Bonne soirée, bises.

    RépondreSupprimer
  3. nouvelle année, nouveau décor ?!
    bises
    A

    RépondreSupprimer